Xavier Giannoli : Illusions perdues a t comme un coeur battant depuis mes vingt ans

On a l’impression qu’Illusions perdues est un film-somme pour vous : on y trouve des supercheries, des impostures, des dceptions Bref, des thmatiques traversant tout votre cinma

Xavier Giannoli : J’en ai bien peur [sourire] Pour remettre les choses l’endroit, j’ai lu le roman quand j’avais l’ge du hros, 19 ans, et ‘avait t une exprience totalement bouleversante. J’ai t touch par sa vie, ses preuves. Je me sentais moins seul face au monde on a tous vcu a. Ce roman est devenu obsessionnel pour moi, l’poque. Je faisais des tudes de littrature et j’ai eu la chance d’avoir un prof vraiment extraordinaire qui m’a veill aux secrets de l’uvre, ses rsonances contemporaines qui lui faisaient penser ce que Fellini disait de l’irruption de la tlvision dans la civilisation occidentale. Il arrivait avoir une vue ample sur les questions de basculement de civilisation et trs sensible sur le personnage, l’histoire d’amour, les dceptions, les checs, les trahisons Tout ce qui fait la vie sociale.

Ce film a donc t comme un cur battant depuis mes vingt ans : j’ai toujours espr pouvoir en faire une adaptation ; je n’ai jamais arrt d’y travailler. Et comme j’cris mes films, je pense que a a pu les influencer. Dans Marguerite, toutes les scnes scnes dans les coulisses des thtres, le claqueur, le fait que journaliste s’appelle Lucien, c’tait l. Dans L’Apparition, il y a aussi une illusion perdue pour le personnage de Lindon. Et j’en viens m’interroger sur le fait que je n’arrive m’intresser qu’ des projets o un homme va mentir et son mensonge l’amne la rencontre de la vrit du monde c’est a, l’origine. Illusions perdues tait comme le cur qui faisait circuler du sang dans mes autres films.

Qui tous, d’ailleurs pourraient s’appeler Illusions perdues

Mais quasiment tous les films pourraient s’appeler comme a ! C’est une espce de titre gnrique, tout simplement parce que a a une vrit humaine, incontournable C’est ce qu’il y a dans la phrase de la fin : je pense ceux qui doivent trouver en eux quelque chose aprs le dsenchantement . Tout le monde ressent cette vrit humaine incontournable.

Et, pour boucler la boucle, le dsenchantement tait galement prsent dans votre court mtrage Palme d’Or, L’Interview

C’est une illusion perdue, L’Interview. D’ailleurs, je ne sais pas si vous l’avez vu, mais Arte m’avait demand de rendre hommage Martin Scorsese dans Blow Up. J’en avais fait un film trs important pour moi qui dure 6 ou 8 minutes et o je raconte quelque chose qui m’est vraiment arriv sur le tournage de Casino, et qui a voir avec L’Interview.

L’criture balzacienne se prte-t-elle aisment la transposition cinmatographique ?

En fait, c’est dj du cinma ! Le roman balzacien est organiquement cinmatographique je n’irais pas vous dire a de Proust, de Flaubert ni de Nathalie Sarraute. Quand je lisais Balzac, je pensais Orson Welles, Ophls, une nergie visuelle dlirante, gnreuse, puissante, drle, cruelle, mchante Et d’ailleurs, il a t normment adapt au cinma depuis le muet, avec plus ou moins de bonheur.

Je savais que ce film serait long et je voulais que ce soit un torrent d’nergie, d’motions et d’informations. Parce que moi, comme spectateur, j’aime vivre une espce de immersion. Aprs, a ne m’intressait pas de colorier les images d’un classique de la littrature ; ‘aurait t serait lamentable comme projet de mise en scne. J’ai donc essay de trouver dans ma lecture, dans ce que j’avais ressenti du livre, un lan, une force, un mouvement. Et ce qui m’a beaucoup libr, c’est la musique c’est pour a qu’il y en a autant, qui sont assez souvent des musiques rares et tranges. L’ide du spectacle me hantait : mais le spectacle cinmatographique et le spectacle de la vie, le jeu des faux-semblants de l’hypocrisie et de la tricherie. C’est pour a que rendre hommage au gnie balzacien avec le cinma, qui est l’art le plus impur et le plus dpendant de l’argent, quelque chose de trs cohrent.

We want to give thanks to the writer of this post for this incredible content

Xavier Giannoli : Illusions perdues a t comme un coeur battant depuis mes vingt ans

Hank Gilbert